Les magazines et revues publiant des articles longs, ne collant pas à l'actualité directe, fleurissent, comme en témoigne le lancement de « Ebdo ». Ils ont peu, voire pas, de publicité.

Non, le papier n'est pas mort. Ces dernières années, et encore davantage ces prochains mois, les journaux et revues avec des formats longs, déconnectés de l'actualité directe, fleurissent dans les kiosques et librairies, à l'image de la revue « XXI », du « 1 », etc. Sans compter tous les magazines-livres sur des thèmes très divers - comme celui de Pascal Obispo, « Jesus ! ». Les deux nouveaux hebdomadaires - « Ebdo », lancé ce vendredi, puis « Vraiment », en mars - revendiquent, eux aussi, cette volonté de prise de recul, de « slow info ».

Une autre caractéristique de nombre de ces publications est qu'elles ont peu, voire pas de publicité. (...) "On veut appartenir pleinement à nos lecteurs, dans une optique de journal 'durable'. On évite ainsi aussi une certaine dérive sociologique qui a tendance à tirer les publications vers les CSP+". (...) "Mais ne pas avoir de publicité signifie aussi qu'il faut avoir un public qui accepte de faire un effort pour payer plus cher". (...) "Même pour les réussites, les volumes restent relativement modestes. On est plus souvent dans des logiques de niche, avec de petites équipes".

https://www.lesechos.fr/tech-medias/medias/0301129506350-les-magazines-deconnectes-de-lactualite-explosent-2144128.php